1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 24

Une délibération du Conseil Général signalait cet ouvrage; voici copie de cette délibération

səhifə1/24
tarix18.04.2018
ölçüsü0.97 Mb.

Une délibération du Conseil Général signalait cet ouvrage ; voici copie de cette délibération:


26 février 1902


« Absent : F. John. Vie du R. F. Louis-Marie – Le conseil est d’avis qu’il y a lieu d’imprimer la Vie du R. F. Louis-Marie, pour laquelle il a été fait un travail préparatoire qui sera [

150

] soumis à un ecclésiastique pour être revu, corrigé et augmenté.

Le Secrétaire : f. Gérald. Le Président : f. Théophane. »


Ce document a été trouvé et informatisé par le f. Louis Richard, Saint Paul-trois-Châteaux, septembre 2008. IMPRIMATUR

Lyon, le 31 Juillet 1907.

Et. VINDRY,

vic. gén.

PRÉFACE

Le 6 juin 1840, à Notre-Dame de l'Hermitage, le Révérend Père Champagnat, prêtre Mariste, mourait à l'âge de cinquante et un ans, après avoir jeté les fondements d'une œuvre qui devait porter le nom de. Congrégation des Petits Frères de Marie. Architecte, il avait crayonné le plan ; travailleurs actifs, ses disciples l'exécutèrent avec zèle et constance. Un ordre religieux, a dit un auteur, est une armée spirituelle. Dans une armée, chaque soldat n'a pas besoin d'être un génie militaire. Tout ce que l'on peut désirer d'une armée solide, c'est que tous les combattants soient bien disciplinés et pleins de courage et d'entrain. Mais ce qui est indispensable, c'est un corps dé chefs capables et vaillants. Or, on ne saurait douter que le P. Champagnat n'ait attaché à son œuvre des disciples aussi bien doués que remplis d'un zèle brûlant pour leur Institut. Parmi ces disciples, il en distingua trois à qui il confia, avant dé mourir, le gouvernement de son Institut : c'étaient les Frères François, Louis-Marie et Jean-Baptiste. Les deux premiers furent successivement supérieurs généraux ; le troisième remplit les fonctions d'Assistant. Pendant de longues années, tous trois apportèrent à l'œuvre qui leur était confiée tout leur dévouement, toute leur sollicitude, tous les talents qu'ils avaient reçus du ciel; aussi prit-elle de leur vivant des développements remarquables. Fortement pénétrés de l'esprit du pieux Fondateur, ils surent conserver cet esprit pur et intact dans la Congrégation. Leur action dans l'œuvre du Père Champagnat fut telle, qu'on pourrait les lui associer comme fondateurs.

Nous voudrions faire connaître spécialement et mettre en relief la part qu'y a prise le Frère Louis-Marie, le montrer et le faire revivre lui-même, tel qu'il apparut aux yeux de ses Frères, avec sa noble et sympathique figure, avec sa belle et riche intelligence, avec son grand et généreux cœur, avec tout ce qui a fait de lui un homme remarquable en œuvres et en paroles. Si notre plume ne parvient à accomplir qu'imparfaitement cette tâche, notre travail aura du moins l'avantage de laisser, aux Petits Frères de Marie, un mémorial qui leur rappellera la personne et les œuvres d'un supérieur qui fut l'honneur de leur Institut, et de pourvoir les maisons qui sont privées de ses Circulaires, si riches en pensées et en sentiments pieux, d'un assez grand nombre de pages qui en ont été extraites, et qui seront lues avec profit. A ces pages nous avons ajouté quelques-unes des nombreuses lettres particulières adressées par lui aux Frères.

Dans cette biographie, ce sera donc le plus souvent le Frère Louis-Marie qui parlera ; et ce sera à lui qu'on le devra, si ces pages peuvent inspirer aux Petits Frères de Marie une plus haute idée de leur saint état, un plus grand zèle à en remplir les devoirs, et un plus ardent désir d'y persévérer.

Ainsi sera atteint le but que nous nous sommes proposé, et nous en rendrons grâce à la Vierge Marie, que nous prions de bénir ce modeste travail.

VIE

FRÈRE LOUIS-MARIE

DEUXIÊME SUPÉRIEUR GÉNÉRAL

DE L'INSTITUT DES PETITS FRÈRES DE MARIE


-----------------------------------

CHAPITRE PREMIER

Premières années du Frère Louis-Marie. — Ses études au petit et au grand séminaire. — Son entrée au noviciat à Notre-Dame de l'Hermitage. — Il est nommé Directeur à la Côte-Saint-André. — Il est élu premier Assistant du Frère Directeur général. — Son retour à l’Hermitage.


Le 22 mai 1810, dans le petit hameau de Labrosse, dépendant de la commune de Ranchal (Rhône), une famille éminemment chrétienne se réjouissait de la naissance d'un enfant, le troisième qui lui était donné. Son père, Claude Labrosse, et sa mère, Marie-Louise Thivend, vivaient simplement, modestement, comme la plupart des autres habitants du village, de la culture de leurs champs, à laquelle ils joignaient le tissage du coton. Ils se distinguaient surtout par leur foi, leurs mœurs patriarcales et le fidèle accomplissement de leurs devoirs religieux.

L'enfant fut baptisé le jour même de sa naissance, par l'abbé Delord, alors curé de Ranchal, d reçut les prénoms de Pierre-Alexis. Sa pieuse mère le mit en même temps sous la protection de la sainte Vierge, par la consécration qu'elle lui en fit.

On dit que la nature et la situation d'un pays ont quelque influence sur le caractère, les mœurs et les habitudes de ceux que la Providence y fait naître. S'il en est ainsi, ce que nous savons et ce que nous allons dire de Pierre-Alexis Labrosse, est bien propre à donner du lieu de sa naissance une idée favorable.

Ranchal est situé sur le versant méridional d'une montagne qui est comme le contrefort du groupe des Echarmeaux. Le climat est sain et l’air excellent en été, mais l'altitude élevée du lieu (760 mètres) le rend froid et neigeux en hiver. A côté de l'église, on voit une croix qui rappelle une mission prêchée par le célèbre P. Brydaine, en 1758, et qui fit un très grand bien dans cette paroisse.

C'est dans ce village et au milieu d'une population laborieuse, simple, honnête et croyante, que s'écoulèrent les premières années de Pierre-Alexis. Nous savons peu de chose sur son enfance, cet âge cependant si intéressant dans la vie d'un homme ; et ce n'est pas de lui que nous aurions pu recueillir des renseignements : il a toujours gardé le plus religieux silence sur tout ce qui se rapportait à sa personne et à sa famille. Une vieille domestique de ses parents, interrogée à ce sujet, fit cette réponse : « J'ai oublié bien des détails sur le jeune Alexis ; je me rappelle cependant avoir remarqué en lui trois choses dont je ne perdrai jamais le souvenir. Il se distinguait par un charmant caractère, par une humeur enjouée, et par des procédés pleins d'honnêteté et de douceur à l'égard de tout le monde, principalement envers ses frères et sœurs qu'il aimait beaucoup. Je l'ai toujours vu très obéissant : au premier signe, il s'empressait d'accourir pour savoir ce qu'on voulait de lui, et il l'exécutait sur-le-champ. Enfin, il était si pieux qu'on le trouvait souvent avec son chapelet à la main, soit dans les champs, lorsque la garde des bestiaux lui était confiée, soit dans les chemins, en se rendant au bourg de Ranchal, soit enfin dans sa modeste chambre, dont il s'était fait un oratoire, et où il avait dressé un petit autel. »

Un témoignage semblable a été donné sur l'enfance de Pierre-Alexis, par son respectable et excellent frère, M. l'abbé Labrosse, curé de la Fouillouse.

Comme ses frères, Pierre-Alexis reçut chez l'instituteur du village les premières notions de lecture, d'écriture, de calcul, de grammaire française et d'orthographe. Le catéchisme avait alors sa place dans le programme de la classe, car on ne connaissait point encore ce qu'on est convenu d'appeler de nos jours l'école neutre. Ce n'est pas après le triste tableau que Portalis venait de faire à l'empereur Napoléon, de l'état d'un peuple privé de ses prêtres et de l'enseignement religieux, que l'on aurait songé à bannir de l'école Dieu et la religion.

Il n'est pas besoin de dire qu'un enfant aussi intelligent et aussi studieux que l'était. Pierre-Alexis, fit de remarquables progrès dans les sciences élémentaires que l'on enseignait alors à l'école primaire, et qu'il savait parfaitement le catéchisme lorsqu'il fit sa première communion. Il était âgé de onze ans quand il accomplit cette importante et sainte action. Quelles grâces de choix reçut-il alors? C'est ce qui ne nous a pas été révélé. Mais il était pieux, avons-nous dit, et, tout, enfant et enjoué qu'il était, il savait apporter aux choses saintes le sérieux qu'elles demandent. Aussi pouvons- nous dire et croire, sans crainte de nous tromper, qu'il apporta à sa première communion la pureté, la ferveur et les autres dispositions que demande ce premier grand acte de la vie chrétienne, et qu'il y reçut des grâces précieuses qui devaient l'aider puissamment, dans la suite, à orienter sa vie.

Le pieux enfant conserva de ce grand acte le souvenir le plus vif et le plus doux, ainsi que le prouva un fait passé en 1879, alors qu'il était supérieur général depuis dix-neuf ans. Comme à cette époque, le Frère directeur de l'établissement de Ranchal l'invitait instamment à aller visiter son pays natal, et lui représentait la joie qu'il éprouverait de revoir l'église où il avait fait sa première communion : à ce mot, le cœur du vénéré supérieur s'émeut, son visage s'illumine d'un rayon de bonheur ; il va prendre sur son prie-Dieu le tableau qui lui rappelait ce beau jour, et le montre au Frère en lui disant d'un ton où perçaient sa foi et sa reconnaissance : « Oh ! oui, c'est bien là que j'ai fait ma première communion, en 1821, préparé par un excellent prêtre, l'abbé Desroches. »

L'abbé Desroches, curé de Ranchal, voyant dans le jeune Pierre-Alexis une âme d'élite, s'offrit pour lui donner des leçons de latin, lorsqu'il eut fait sa première communion. Le père Labrosse, peu riche des biens de la terre, et qui avait déjà son aîné aux études latines, opposa d'abord quelques difficultés ; mais, en père vraiment chrétien et respectueux des droits de Dieu et de ses enfants en matière de vocation, il céda sans trop de peine aux instances de M. le curé.

Sous l'habile direction de son zélé pasteur, le jeune Alexis fit de rapides progrès dans l'étude du latin. Il ne se fit pas moins remarquer par son avancement dans la vertu. Il était si pieux que, bien souvent, pendant la récréation, il se retirait à l'écart pour réciter son chapelet. Aussi fut-il bientôt jugé digne et capable d'aller se joindre à son frère aîné qui était au petit séminaire de Verrières. Il y fut admis en 1824.

Il serait intéressant de le suivre, année par année, dans cette sainte maison, rivalisant avec ses condisciples d'ardeur et d'application dans l'acquisition des vertus et des sciences; mais là encore, les renseignements nous manquent, malgré nos recherches pour nous les procurer. Nous savons seulement que son frère a dit de lui qu'il devançait ses condisciples, et qu'il excellait surtout dans les lettres.

Du petit séminaire de Verrières, Pierre-Alexis passa au grand séminaire de Lyon; où il fut reçu en octobre 1829. Là, il s'adonna avec une nouvelle ardeur aux études, à la pratique de toutes les vertus, aux exercices de piété, à tout ce qui avait fait ses délices au petit séminaire. Il trouvait dans ce sanctuaire de la science et de la religion, tout ce qui pouvait répondre aux besoins de sa vaste intelligence et aux nobles et saintes inspirations de son âme, si bien faite pour s'élever au-dessus des choses matérielles et terrestres. Il était heureux d'y trouver, avec leur majestueuse solennité, les belles cérémonies du culte et les chants religieux qu'il aimait, et qui ont fait ses délices toute sa vie.

Ici encore, nous sommes obligés, faute de documents, de nous renfermer dans un regrettable silence sur bien des choses concernant notre jeune séminariste. Tout ce que nous savons, c'est que son caractère bon et ouvert, ses formes douces et agréables, sa droiture d'esprit et de cœur, tout plaisait chez lui ; tout ce que nous pouvons dire encore, c'est qu'il occupait un rang distingué dans son cours ; qu'un heureuse mémoire, une brillante imagination, un jugement sain et précoce, un tact fin et sûr, servaient à merveille son goût pour l'étude ; et que ses supérieurs faisaient grand cas de sa piété et de ses talents.

L'étude de la théologie faisait ses délices ; il y montra une telle aptitude, et il y fit tant de progrès, que bientôt il fut regardé comme l'un des sujets les plus brillants et les plus capables. •

Déjà on peut juger, par ce qui vient d'être dit, que le séminariste Pierre-Alexis Labrosse, par sa piété et par sa science, donnait à ses supérieurs les plus belles espérances, et promettait d'être l'honneur du sacerdoce. Mais voici qu'au grand désappointement de ses maîtres et de ses parents, et au grand étonnement, peut-être même au grand scandale de ses amis et de ses connaissances, il quitte le séminaire après avoir fait une partie de ses études théologiques. Quelle transformation s'était donc opérée en lui? Allait-il augmenter le nombre de ces tristes sujets renégats qui sont une des plaies de la société? Oh ! non, il en était bien loin ; mais il avait considéré les devoirs du prêtre, sa conscience timorée s'était alarmée et effrayée de la redoutable responsabilité attachée à l'exercice des fonctions sacerdotales, et il avait craint de s'engager dans lei ordres sacrés.

Cependant cette âme voulait être toute à Dieu et aux choses de Dieu ; mais quelle voie prendre en dehors de la prêtrise ? Le pieux jeune homme a entendu parler d'une congrégation de Frères enseignants qui est encore à son début, et dont les membres, bien humbles, bien modestes et bien pauvres, dirigent quelques écoles dans le diocèse de Lyon. Il sait que son fondateur est l'abbé Champagnat, et qu'il habite la maison-mère (Notre-Dame de l’Hermitage), située dans un petit vallon solitaire, près de Saint-Chamond (Loire). Dieu lui a inspiré la pensée d'entrer dans cette congrégation et d'écrire à cette fin au prêtre qui en est le supérieur. Mais il s'agissait pour lui d'une détermination importante et grosse de conséquences pour son avenir ; aussi sentit-il son âme agitée et comme tiraillée en sens divers. Au milieu de ses perplexités, il pria et consulta. Sa volonté, fortifiée par la grâce divine et par les bons conseils de l'abbé Gardette, supérieur du grand séminaire, et de l'abbé Cholleton, vicaire général de Lyon, sortit enfin victorieuse de cette lutte intérieure, et il se décida à écrire à l'abbé Champagnat, pour lui demander son admission dans son Institut. La réponse ne se fit pas attendre et elle fut telle que l'avait espérée le postulant. Elle était conçue en ces termes :
« Vivent Jésus, M., St J.

« Mon cher Monsieur,

« La grande, et je puis dire, l'unique condition qu'il faut, pour entrer dans notre Maison, avec la santé, c'est une bonne volonté et un sincère désir de plaire à Dieu. Venez avec cette disposition, vous serez reçu à bras ouverts. Vous ferez le bien dans notre Communauté ; Marie, notre bonne Mère, vous protégera ; et, après l'avoir eue pour première Supérieure, vous l'aurez pour Reine dans le ciel. (Suit un mot sur les conditions matérielles.)

« Je vous laisse dans les sacrés Cœurs de Jésus et de Marie. « J'ai l'honneur d'être

« Votre tout dévoué serviteur,

« Signé : CHAMPAGNAT,

« Sup. des P. F. M.

Notre-Dame de l'Hermitage, le 29 août 1831. »


A la réception de cette lettre, le postulant fit ses préparatifs pour se rendre au noviciat. Mais on serait dans l'erreur si l'on pensait qu'il n'eut plus à vaincre aucun obstacle. Lorsque, dans son entourage, on apprit sa détermination, il y eut comme une explosion de surprise et de désapprobation, Comment ! être parvenu à l'âge de 21 ans, avoir fait à grands frais de brillantes études, entrevoir devant soi un bel avenir et entrer dans le plus pauvre, le plus humble, le plus obscur, le plus inconnu des instituts religieux enseignants, n'était-ce pas une folie? Ainsi pensait-on dans les entours de M. Labrosse ; et les réflexions et les conseils sous toutes les formes lui arrivaient de toutes parts. Ses parents eux-mêmes, malgré leur grande piété, avaient peine à se résigner à le voir embrasser un genre de vie qui répondait si peu à leurs espérances. Cependant, rien ne put ébranler sa résolution : Dieu lui donna la force et le courage de surmonter toutes les difficultés. Marie l'avait choisi pour l'associer à son dévot serviteur, le Père Champagnat, pour en faire l'une des colonnes de l'édifice spirituel fondé sous ses auspices, d'un Institut qui était son œuvre, et dont le fondateur l'avait proclamée la première Supérieure. Déjà le Père Champagnat avait auprès de lui le F. François et le F. Jean-Baptiste, deux hommes qui devaient remplir un rôle éminent dans l'Institut des Petits Frères de Marie ; mais, pour que rien ne manquât aux bénédictions que le pieux Fondateur avait méritées par sa foi, par ses prières, par son zèle, par ses souffrances, et par sa confiance en Dieu au milieu des épreuves et des persécutions, la Providence a voulu qu'un Institut si laborieusement, si péniblement fondé et si cher à Marie, fût enrichi d'un sujet qui devait être pour lui une lumière et un trésor.

Il restait toutefois une difficulté sérieuse à surmonter : le novice était, par son âge, assujetti au service militaire, et l'Institut ne pouvait, faute d'autorisation légale, lui fournir la dispense nécessaire. La Providence y pourvut par l'entremise de l'abbé Rouchon, curé de Valbenoîte, et de ses anciens supérieurs du grand séminaire, lesquels furent assez heureux pour lui obtenir l'exemption dont il avait absolument besoin. D'après une lettre écrite à cette époque par le pieux novice, l'abbé Pompallier prit aussi beaucoup d'intérêt à cette affaire et, pour la faire réussir, il pria et il fit brûler deux cierges à l'autel de la sainte Vierge. Toute sa vie il conserva à ces saints prêtres une grande reconnaissance pour ce service.

Ce fut le 16 octobre 1831, que Pierre-Alexis Labrosse entra au noviciat de Notre-Dame de l'Hermitage, et commença cette belle et sainte vie de règle, de dévouement et de sacrifices qui devait se terminer quarante-huit ans plus tard.

On croira peut-être que le pieux séminariste fut, à son arrivée au noviciat, l'objet de quelque distinction ou privilège. Il n'en fut rien : dès le lendemain, il fut envoyé au jardin, où on lui donna pour occupation d'arracher l'herbe d'un carré de poireaux que la pluie venait d'arroser, et où il rencontra l'incommodité, inconnue jusque-là pour lui, de se mouiller les pieds et les jambes jusqu'aux genoux ; ce qui ne l'empêcha pas de continuer et de terminer ce travail.

Il est rapporté d'un jeune abbé, novice de la Compagnie de Jésus, que devant, à son tour, laver la vaisselle, il ne put s'y décider, éprouvant une trop grande répugnance, disait-il, à plonger ses mains sacerdotales dans cette ignominie. Notre généreux et obéissant novice de l'Hermitage ne se refusait à rien de ce qui lui était commandé, quelque pénible que ce fût à la nature. D'avance il avait accepté tout ce qu'il aurait à souffrir dans ce nouvel état de vie ; d'avance il s'était armé de courage pour supporter généreusement toutes les épreuves qui l'attendaient au noviciat, et auxquelles le Père Champagnat, en directeur sage et éclairé, jugerait bon de le soumettre.

Comme le petit novice encore à l'a b o de toute science, Pierre-Alexis, le philosophe, le théologien, le lettré, devait s'asseoir sur les bancs et s'appliquer à réformer son écriture, rendue fort défectueuse par l'étude du latin et du grec. Il y apportait toute l'attention et toute la bonne volonté désirables ; mais il avait à côté de lui un jeune novice remuant et espiègle, qui prenait quelquefois un malin plaisir à lui pousser le bras quand il avait tracé quelques lettres sur son cahier, ce qui mettait sa page d'écriture en bien mauvais état. Après avoir averti son trop gênant voisin, il réparait de son mieux le dégât causé, et se remettait à écrire. Nous tenons ce petit détail de celui-là même qui exerçait la patience de son vertueux compagnon de classe, lequel devint plus tard son Directeur, puis son Assistant et enfin son Supérieur général.

Il y aurait certainement beaucoup à dire sur les vertus que Pierre-Alexis pratiqua au noviciat ; mais elles sont pour nous restées dans l'ombre ; elles se montreront sur un autre théâtre. Nous savons seulement que deux mois et demi après son entrée au noviciat, le ter janvier 1832, il reçut l'habit religieux, avec le nom de Frère Louis-Marie.

Après le temps suffisant donné au noviciat, le P. Champagnat, qui avait pu apprécier les éminentes qualités du vertueux et fervent disciple, songea à lui confier un emploi en rapport avec ses talents et son savoir-faire. Il l'envoya donc au pensionnat de la Côte-Saint-André, où la première classe lui fut confiée.

A la Côte-Saint-André, chef-lieu de canton du département de l'Isère, les Frères Maristes dirigeaient depuis 1831, un établissement comprenant pensionnat et externat. Ils avaient été appelés par M. l'abbé Douillet, qui dirigeait alors à la Côte, le petit séminaire et venait d'essayer sans succès, la fondation d'une école normale et d'une congrégation de religieux instituteurs.

Le premier Directeur du pensionnat de la Côte fut le F. Jean-Pierre. Le F. Louis-Marie y arriva en 1832, conduit par le Père Champagnat lui-même ; ils firent à pied la plus grande partie du trajet. Le premier jour, ils dînèrent chez les Frères de Chavanay, d'où ils continuèrent leur voyage avec le F. Dominique, qui s'était joint à eux. Ils s'arrêtèrent au presbytère d'Anjou, où M. le curé fit souper le P. Champagnat avec lui, en même temps que les deux Frères étaient à la cuisine, où leur étaient servies des pommes de terre et des châtaignes. Le lendemain matin, ils se remirent en route, mais à leur arrivée à Beaurepaire, le F. Louis-Marie, qui n'était pas encore suffisamment habitué à porter sa lourde soutane et ses gros souliers ferrés, se trouva tellement fatigué, que nos voyageurs durent prendre une voiture pour aller jusqu'à la Côte.

Dès son arrivée dans le poste, le F. Louis-Marie, en règle avec l'Académie par le brevet de capacité qu'il avait obtenu à Grenoble, se mit à l'œuvre avec toute l'ardeur et toute l'énergie qui le caractérisaient, et il donna aux études une vigoureuse et féconde impulsion. II réussissait donc parfaitement auprès des élèves, et M. Douillet l'avait en grande estime, lorsqu'il fut, après un court espace de temps, rappelé à l'Hermitage par le P. Champagnat qui avait besoin de ses services.

Disons ici que M. Douillet entendait rester supérieur et même directeur du pensionnat, 'de même que de l'école gratuite, et avoir les Frères sous ses ordres. Il en résultait pour ceux-ci une gêne qui occasionna le changement du F. Jean-Pierre, Directeur. Mais le successeur de celui-ci, n'agréant nullement à M. Douillet, ce dernier s'en plaignit au P. Champagnat et demanda le F. Louis-Marie pour le remplacer. Le bon Père lui répondit en ces termes :


« Monsieur et bien digne Confrère,

« Je vous envoie le cher Frère Louis-Marie comme vous le désirez. Dieu veuille ne m'en pas faire rendre compte ! J'abandonne pour ainsi dire, mes propres enfants pour aller au secours des étrangers. Je ne vous le laisserai qu'un mois ou deux : veuillez ne pas le retenir quand je vous le demanderai...

« Le cher Frère Louis-Marie aura la direction de toute la maison. En arrivant, de concert avec vous, il fera l'inventaire de tout le mobilier et des provisions ; il s'entendra avec les parents, il prendra note de tout l'argent qu'il recevra, et aura soin de vous le remettre fidèlement. Dans cet arrangement, nous voulons de la conformité dans la Société, et non de l'argent, persuadés que si Dieu est content de nous, il ne nous laissera manquer de rien. Nous pensons que vous entrerez d'autant mieux dans ce plan qu'on nous assure que vous êtes sincèrement attaché à notre Société.

« Il nous paraît très important que le Frère Louis-Marie ne fasse point la classe, mais qu'il mette le Frère qui en sera chargé bien au courant de tout, afin que son changement ne cause aucun embarras. La sœur Marthe (femme de service) n'aura aucune inspection sur les Frères, ni sur leur nourriture ; elle n'entrera pas dans la maison. La petite boutique sera, Comme clans le principe, entre les mains des Frères.

« Je puis encore vous assurer que je suis de tous les diocèses : l'Eglise universelle est l'objet de notre Société, les dignes évêques qui veulent bien nous employer, nous trouveront disposés à faire les plus grands sacrifices, soit de nos personnes, soit même de nos moyens pécuniaires ; car nous disons et nous dirons toujours, avec la grâce de Dieu, anathème à quiconque (de la Société) s'attacherait aux biens de la terre.

« Je suis bien fâché de vous avoir causé des ennuis ; j'en ai bien ma bonne part... Dieu en soit béni !

« J'ai l'honneur d'être tout à vous dans les sacrés cœurs de Jésus et de Marie.

CHAMPAGNAT. »


Par le contenu de cette lettre, on voit que M. Douillet tenait la bourse. Il parait même qu'il la tenait bien serrée, et que l'ordinaire était des plus simples. Le F. Louis-Marie ayant une fois acheté un certain nombre de brioches du prix de dix centimes, pour en régaler les Frères et les élèves le jour de Pâques, en fut vertement réprimandé par M. Douillet.

Dans une visite que le P. Champagnat fit à l'établissement, il fut décidé que l'on prendrait un kilogramme de viande par semaine et par tête. On le promit, mais on n'en fit rien. Cette parcimonie de M. Douillet faisait dire aux élèves : « A la Côte, on meurt de faim, mais on apprend bien. »

Dans les premiers temps qui suivirent son retour à la Côte, le F. Louis-Marie, quoique Directeur, n'était pas profès : il fit profession le 12 octobre 1834. Bien pénétré de l'importance de ses devoirs de directeur, et de l'obligation de les accomplir, il tenait fortement à la régularité, à la piété, à la pratique de la pauvreté religieuse, aux études, au bon emploi du temps. Animé d'une sincère et 'tendre dévotion envers la sainte Vierge, il établit dans sa maison la pratique du Mois: de Marie. Il avait grandement à cœur de témoigner par là sa reconnaissance envers cette bonne Mère de l'avoir exonéré du service militaire.

Invité à dîner par M. le curé de la Côte, le F. Directeur refusa en invoquant la règle pour excuse. M. le Curé, quelque peu contrarié de ce refus, lui dit : « Votre Règle n'est pas aimable, mais elle est sage. »

En ce temps-là, l'établissement de la Côte avait pour cuisinier le Frère Attale, fils unique d'une bonne famille de Voiron. Son père, qui était veuf; étant venu le voir, fit tous ses efforts pour l'emmener, lui offrant son domaine, qui valait au moins vingt-quatre mille francs. — Non, mon père, jamais, lui répondit F. Attale ; je n'échangerais pas mon tablier de cuisine contre vingt-quatre domaines comme le vôtre. Ce bon et généreux Frère demanda et obtint d'aller en Océanie. Il y partit en 1839, et y mourut en 1847.

Nous avons déjà parlé de l'ingérence de l'abbé Douillet dans l'administration de la maison : revenons-y un instant. Ce bon ecclésiastique, habitué, comme supérieur, à s'occuper de tout, ne pouvait se résigner à laisser au F. Louis-Marie la liberté dont il avait besoin dans l'exercice de ses fonctions. Bien souvent il essayait de reprendre la direction des Frères, la gestion des finances et la conduite des élèves. Le jeune directeur devait alors, avec beaucoup de tact et de modération, lui faire observer que l'autorité ne pouvait se diviser; que dans tout ce qui regardait son saint ministère, il respectait ses attributions ; mais que le reste lui étant confié par son supérieur, il devait en répondre et prendre les mesures propres à tout conduire à bonne fin. Après quelques explications, on se remettait d'accord le plus souvent ; car, au fond, M. Douillet était animé de bonnes intentions ; seulement avait le tort d'entendre le bien d'une manière qui mettait le malaise parmi les Frères. Le F. Louis-Marie ayant dû s'en plaindre au P. Champagnat, en reçut la lettre suivante :


« Mon bien cher Frère Louis-Marie,

« Je prends en effet, singulièrement part à tous les ennuis que vous éprouvez à la Côte. Ne vous inquiétez pas sur ce qui pourra vous arriver ; tâchez de remplir vos devoirs le mieux qu'il vous sera possible, soit à l'égard de M. Douillet, soit à l'égard des enfants qui vous sont confiés, et surtout à l'égard des Frères qui sont avec vous. Quand on vous renverra, vous viendrez : nous vous trouverons de l'ouvrage et du pain, Dieu aidant. Faites, en attendant, tout ce qui est en votre pouvoir ; soyez très prudent ; informez-moi de tout à mesure que vous découvrirez quelque chose. Envoyez les novices que vous croirez être propres à notre œuvre ; nous les recevrons ; nous en avons reçu un bon nombre depuis quelque temps,

« Nous ne provoquerons pas notre sortie du Dauphiné ; mais nous nous y soumettrons avec résignation, adorant la divine Providence sur nous ; cependant tout en nous y soumettant d'avance, ne faisons rien pour la mériter. Je ne ferai pas le voyage de la Côte, à moins que vous ne m'en écriviez de nouveau : je ne vois pas à quoi cela aboutirait. Je vous enverrai peut-être le F. Jean-Baptiste en qualité de visiteur. Je laisse à votre prudence ce que les occasions vous permettront de dire à M. Douillet. Votre sortie de la Côte nous ferait gagner 2.400 fr. ; si l'argent était notre mobile, je vous dirais d'en partir au plus tôt. »
Nous faisons remarquer ici que les 2.400 fr. dont parlait le vénéré Père, provenaient des économies que le F. Directeur avait pu réaliser en sus du vestiaire. Il aurait voulu les envoyer à l'Hermitage ; mais M. Douillet les retenait, en donnant pour raison que le local demandait des réparations et des agrandissements.

A la même époque, l'établissement de la Côte fournit au F. Directeur et au P. Champagnat une nouvelle cause d'ennui. M. Douillet venait de quitter le séminaire et de se retirer chez les Frères avec la sœur Marthe, dont nous avons déjà parlé, et qu'il établit économe de la Maison. Ne pouvant accepter un pareil état de choses, le P. Champagnat, après avoir vainement réclamé auprès de M. Douillet, crut devoir écrire à Mgr l'évêque de Grenoble et à M. le curé •de la Côte, pour leur faire part de son intention de retirer les Frères si l'abus signalé ne cessait sans délai. Heureusement tout s'arrangea après la promesse que fit M. Douillet de tenir la sœur Marthe à l'écart.

Dans le courant de l'année 1839, un événement se produisit à la suite duquel le F. Louis-Marie devait quitter la Côte. Le 12 octobre de cette année, il fut nommé assistant, ainsi que le F. Jean-Baptiste, par le Chapitre général qui élut, le même jour, le Frère François, Directeur général.

Avant de le suivre dans son nouvel emploi, disons encore un mot de notre Directeur de la Côte. On ne sera pas surpris si nous assurons qu'il réussit parfaitement dans ses fonctions de professeur et de directeur, et qu'il a laissé à la Côte d'impérissables souvenirs.

Il fallait toute son activité, tous ses talents et tout son dévouement pour faire face à tout ce qui était dans ses attributions. On n'avait point alors, dans les pensionnats, ce luxe de personnel dont on s'est fait de nos jours un besoin. Le pensionnat de la Côte comptait à cette époque cinquante internes et environ autant d'externes, tous répartis en deux classes dont la première avait pour seul professeur le F. Directeur. C'est donc en donnant à ses élèves tout le temps et tous les soins qu'il leur devait, que le F. Louis-Marie devait encore faire sa correspondance, tenir ses comptes, répondre aux personnes qui avaient à lui parler, présider les exercices réguliers de sa communauté et s'occuper des études de ses Frères.

Il sut se montrer à la hauteur de cette rude tâche, de manière à ne rien laisser en souffrance et à contenter tout le monde. Les jeunes gens qui ont eu le bonheur d'être du nombre de ses élèves, ont conservé de lui un souvenir que les années n'ont pu effacer. Combien ont dû aux principes religieux qu'il leur avait inculqués d'être restés bons chrétiens ! Qu'on leur parlât, quarante ans après, de celui qu'ils appelaient le F. Louis, on les voyait s'animer en disant que c'était un excellent Frère, un très bon professeur, un homme supérieur, et que, s'il savait se faire craindre, il savait aussi se faire aimer. Ce qui montre combien il était apprécié, non seulement de ses élèves, mais encore du public et des autorités, c'est qu'une Mention honorable lui fut décernée le 10 mai 1838, par le Recteur de l'Académie de Grenoble, en témoignage des progrès de ses élèves et de la bonne tenue de son école.



Dostları ilə paylaş:

©2018 Учебные документы
Рады что Вы стали частью нашего образовательного сообщества.
?


useful-biodiversity-and-1473.html

useful-biodiversity-and-1478.html

useful-biodiversity-and-1482.html

useful-biodiversity-and-1487.html

useful-biodiversity-and-1491.html